RETOUR - Page précédente
Le 17 novembre 2015

Les conférences-débats de l’APPA-Alsace...


Prochaine conférence-débat «Episodes de pollution par les particules, mythe ou réalité ?»,
le mardi 17 novembre 2015 à 18h.

Les conférences se dérouleront Salle des Fêtes de l’Hôpital Civil de Strasbourg.

 

 
1/ Pics de particules : à qui la faute ?
Raphaèle Deprost, Ingénieur Etudes, ASPA / ATMO-Alsace

Depuis quelques années, la pollution de l’air et plus précisément les pics de particules défraient régulièrement la chronique. En Alsace, l’ASPA est en charge de la surveillance de la qualité de l’air et expliquera tout sur les origines, multiples et complexes, de cette pollution.
Il sera d’abord rappelé que les particules peuvent être émises localement et directement, par les activités humaines (trafic routier, chauffage, industrie, agriculture), mais qu’elles peuvent aussi provenir de phénomènes naturels tels que l’érosion ou la remise en suspension. Les particules peuvent aussi se former à partir d’autres composés précurseurs par des phénomènes microphysiques ou par des réactions chimiques, il s’agit alors de particules secondaires. Enfin, des particules primaires ou secondaires, issues de sources anthropiques ou naturelles, peuvent être importées de régions voisines ou plus lointaines.
Ensuite une attention particulière sera portée aux conditions météorologiques jouant un rôle prépondérant dans la genèse des pics de particules : la météo régit le transport des masses d’air, la dispersion et le lessivage de la pollution, elle peut agir sur les émissions et les réactions chimiques. Au final les conditions météorologiques peuvent aussi bien, sans dédouaner les activités humaines à l’origine des émissions, provoquer ou accentuer les épisodes de pollution que permettre de les résorber.
Enfin, même si les pics de pollution sont très médiatisés, l’accent sera mis sur la réduction du fond de particules tout au long de l’année. Cette reconquête de la qualité de l’air passe certes par la réglementation, la planification, mais aussi par la sensibilisation de chacun dans son mode de vie.

 

 

2/ Impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine: Pics de pollution par les particules
Christrophe PIEGZA, ARS Alsace

Le principal impact de la pollution atmosphérique sur la santé est lié à notre exposition aux niveaux de pollutions moyens, observés sur plusieurs années. La pollution de l’air peut alors notamment provoquer des cancers et réduire l’espérance de vie de chacun de plusieurs mois.
La pollution atmosphérique peut également être à l’origine d’effets plus immédiats.
Ainsi, sur le court terme, les pics de pollution observé peuvent augmenter divers symptômes, en particulier d’ordre respiratoire ou cardiovasculaire et affecter plus particulièrement les personnes sensibles (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65ans, personnes asthmatiques, ou présentant une pathologie cardiaque ou respiratoire,…).
C’est pourquoi, lors de dépassement d’un seuil d’information et de recommandation ou d’un seuil d’alerte relatif aux polluants surveillés (particules, ozone, dioxyde d’azote, dioxyde de soufre), des recommandations sanitaires sont diffusées en complément des recommandations comportementales, visant à diminuer les niveaux de pollution.
Les recommandations sanitaires associées aux pics de pollution par les particules visent principalement à limiter / éviter, en particulier chez les personnes sensibles, les activités physiques intenses ou éprouvantes, ainsi que la fréquentation des axes routiers et de leurs abords.

Selon les résultats de l’étude Aphekom, dans les 10 villes européennes pour lesquelles les données sanitaires étaient disponibles, le fait d'habiter à proximité du trafic routier (moins de 150 mètres) pourrait être responsable d'environ 15 à 30% des nouveaux cas d’asthme chez l'enfant, et dans des proportions similaires voire plus élevées, de certaines pathologies chroniques respiratoires et cardio-vasculaires chez les adultes de 65 ans et plus.
 

 

3/ Pics de pollutions: Quelles actions et pourquoi?
Michaël BERTIN, Chargé de mission Qualité de l'Air et Climat à la DREAL ALSACE

L'Alsace connait depuis toujours des épisodes de pics de pollution. Alors que la connaissance des activités sources de ces pollutions se précise, qu'elles sont aujourd'hui les solutions qui s'offre à nous pour améliorer la situation? L'arrêté ministériel du 26 mars 2014, impose la mise en place d'une démarche cohérente sur l'ensemble du territoire et propose des pistes d'actions. Localement, sous l'égide des préfets de département, les arrêtés encadrants ces pics de pollution ont été revus récemment pour se mettre en accord avec le texte national. L'élaboration de ce nouvel arrêté interpréfectoral a permis de relancer le débat sur les actions à entreprendre. Bien que cet arrêté soit aujourd'hui signé, les travaux continuent à la fois pour améliorer les connaissances mais aussi pour voir comment aller plus loin dans les mesures d'urgence proposées et dans leur efficacité. Cette démarche de gestion des pics de pollution s'inscrit dans une démarche globale d'amélioration de la qualité de l'air y compris en dehors de ces périodes de pic.